Colloque 2016 – « Innover dans la lutte contre la pauvreté? »

L’Action Tank et les think tanks Terra Nova et Institut Montaigne se sont retrouvés le 13 décembre 2016 au Palais Bourbon pour débattre et échanger sur la question de l’innovation dans la lutte contre la pauvreté. 200 participants issus du monde de la recherche, de l’entreprise, mais aussi d’organisations publiques étaient présents à l’événement.

Après une intervention liminaire de Denys Robiliard (député PS du Loir-et-Cher), Martin Hirsch a introduit le colloque en tant que co-président de l’Action Tank, confortant l’association dans sa mission de création d’écosystèmes partenariaux innovants pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion en France.

Les trois organisations ont chacune à leur tour présenté leur façon d’innover dans un domaine particulier. Chaque intervention a été discutée par un invité, lui-même expert dans le domaine en question, avant l’initiation d’un dialogue avec la salle.

La première table ronde a accueilli Jacques Berger, directeur de l’Action Tank, et Pierre Sallenave, ancien directeur de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU). Jacques Berger a eu l’occasion de présenter l’outil innovant développé par l’Action Tank pour rénover et rétablir la gouvernance des copropriétés identifiées comme fragiles. Il a évoqué la possibilité d’utiliser le mécanisme financier du contrat à impact social pour mettre en place cet outil. Pierre Sallenave a mis en exergue les limites des politiques de l’ANRU en la matière et a exprimé des réserves quant à l’utilisation des contrats à impact social pour résoudre ce problème, insistant sur la nécessité d’investir les copropriétaires dans les opérations.

La deuxième table ronde a accueilli Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, et Agathe Cagé, directrice adjointe du cabinet de la ministre de l’Education Nationale. L’Institut Montaigne a présenté ses propositions pour refaire de l’école un levier pour lutter contre les inégalités, en insistant notamment sur la formation continue des enseignants et les moyens à consacrer à l’enseignement primaire. Agathe Cagé a défendu le bilan de la politique éducative menée au cours du quinquennat, en rappelant les moyens importants dédiés à l’enseignement dans les petites classes.

La dernière table ronde a accueilli Delphine Chauffaut, rapporteur du groupe de travail sur les minima sociaux de Terra Nova, et Julien Damon, professeur à Sciences Po. Le think tank a présenté sa proposition de refondation des minima sociaux. Celle-ci prendrait la forme d’une fusion des minima actuels dans un seul et unique « minimum décent ». La principale remarque de Julien Damon tenait au financement d’un tel dispositif, nécessitant plus de 10 milliards d’euros, ainsi qu’aux perdants d’une telle refonte (notamment les personnes percevant les allocations spécifiques).

La clôture de ce colloque a été réalisée par Isabelle Le Callennec, députée LR d’Ille-et-Vilaine, qui a insisté sur les réussites des expérimentations qui ont eu lieu sur son territoire.

Colloque 2015 – « Social business et action publique : quels enjeux en commun? »

L’Action Tank a organisé un colloque le vendredi 3 juillet 2015  à l’ Auditorium du journal « Le Monde » –  Paris 13è

En partenariat avec Logo Le Monde

Actes du colloque disponibles ci-dessous

Les enjeux communs entre secteur public et secteur privé autour de la lutte contre le non-recours aux droits, les modèles économiques innovants proposés pour lutter contre la précarité, l’engagement des partenaires publics comme privés dans des programmes de social business ont été quelques-unes des questions abordées le 3 juillet lors du colloque « Social business et action publique : quels enjeux en commun? » organisé par l’Action Tank Entreprise et Pauvreté et l’Agence nouvelle des solidarités actives. Cet après-midi a réuni plus de 150 participants de tous horizons : représentants d’administrations centrales, d’organismes de protection sociale, professionnels de l’action sociale en collectivités, d’associations et entreprises autour des enjeux posés par les programmes de social business et les synergies nouvelles à mettre  en  place avec le  secteur public. Un temps riche d’échanges que nous vous restituons aujourd’hui dans ces actes. 

Ppt-Site-1 (2)

1 fichier à télécharger :Action Tank Colloque 2015

Colloque 2014 – « Rénovation énergétique des copropriétés dégradées »

L’Action Tank a débuté en mai 2013 des travaux sur la rénovation énergétique des copropriétés dégradées (pour plus d’informations sur ce programme, cliquez ici). Une réunion plénière a été organisée le 12 juin 2014, pour présenter la démarche adoptée, ainsi que trois initiatives innovantes sur le thème de la rénovation de logements.

Notre démarche est le fruit de nombreuses rencontres avec des professionnels du secteur (opérateurs, banques, collectivités locales, entreprises, associations, architectes, bureaux d’études, cabinets de conseils, pouvoirs publics). Elle repose sur une analyse du cadre de rénovation existant des copropriétés et vise à proposer une méthode d’accompagnement de copropriétés en situation de fragilité dans des opérations de rénovation énergétique.

Les trois présentations d’initiatives innovantes sur le thème de la rénovation ont porté sur :

  • Les systèmes de pilotage des consommations énergétiques : un premier retour d’expérience dans le parc locatif très social, par Olivier Launay (directeur d’Habitat et Humanisme Ile-de-France) et Didier Coulomb (directeur Innovation Sociale Développement durable de Schneider Electric).
  • Economies d’eau dans les copropriétés dégradées : importance du travail avec les associations, par Pauline Danel (responsable de projets à la Direction Développement Durable, Veolia Eau Ile-de-France) et Anne Charpy (directrice et fondatrice de Voisin Malin).
  • Le projet politique des Compagnons Bâtisseurs : changer d’échelle, faire de l’auto-réhabilitation et de l’auto-construction accompagnées une des composantes des politiques publiques de l’habitat, par Jean-Paul Lebas (président de l’Association nationale Compagnons Bâtisseurs).

4 fichiers à télécharger :ATK Colloque 2014 – Rénovation copropriétésSchneider Electric & Habitat et HumanismeVeolia Eau IDF & Voisin MalinCompagnons Bâtisseurs

Colloque 2014 – « Coût global du logement social »

Dans le prolongement de l’étude sur le coût global du logement social, le colloque organisé le 4 février 2014 a porté sur la présentation d’une méthodologie de pilotage d’opérations de constructions neuves de logements sociaux par le reste à vivre des futurs habitants, et le résultat d’un groupe de travail sur un modèle de résidence, offrant des logements à coût modéré, avec une localisation de qualité, favorisant la mixité sociale.

Afin d’approfondir l’étude sur le coût global du logement social, des groupes de travail se sont réunis entre février et juillet 2013 sur les thèmes du bâti, des fluides, du financement, et du vivre ensemble, réunissant une diversité d’acteurs (architectes, bailleurs, constructeurs, promoteurs, bureaux d’études, cabinets de conseils, associations, banques,…) pour :

  • valider l’approche en coût global,
  • confirmer les hypothèses des leviers d’économies modélisés dans l’étude initiale,
  • identifier et modéliser des leviers d’économies supplémentaires.

Ce travail nous a permis de :

  • concevoir une méthodologie en coût global permettant d’accompagner des maîtres d’ouvrages dans leurs projets de construction de logements adaptés aux capacités financières et aux besoins de logements des futurs habitants,
  • repenser notre outil de modélisation, offrant une vision globale multi-acteurs (coût global par logement et par mois), une vision locataire (calcul du taux d’effort par ménage et du reste-à-vivre) et une vision bailleur (investissement en fonds propres, trésorerie équilibrée de l’opération, valeur actuelle nette).

Par ailleurs, un groupe de travail s’est réuni pendant plus d’un an pour concevoir un modèle de résidence reposant sur 3 principes:

  • prise en compte des profils des futurs habitants pour adapter l’offre de logements à leurs capacités financières en priorité, et à leurs besoins et usages spécifiques de logements,
  • priorité de la localisation du logement par rapport à la surface du logement afin de permettre l’insertion professionnelle et sociale des habitants,
  • prise en compte du coût global du logement.

Cet exercice toujours en cours et réalisé sur deux types de publics – les familles monoparentales et les jeunes actifs – porte sur des aspects aussi variés que les plans des logements et du bâtiment, le mode opératoire, et le financement.

2 fichiers à télécharger :ATK Colloque 2014 – Méthodologie coût globalATK Colloque 2014 – Nouveau modèle résidence