Restitution du « Strasbourg métropole logement d’abord »

Depuis plus de trois ans, l’Action Tank promeut la généralisation du logement d’abord en France pour l’ensemble des ménages sans domicile. Le modèle du logement d’abord, favorisant l’accès direct à un logement pérenne et à un accompagnement adapté, permet une amélioration considérable des conditions de vie des sans-domicile et repose sur une philosophie qui répond mieux à leurs désirs et aspirations.

L’Action Tank a en effet montré, à travers un recensement des expérimentations françaises et étrangères, les résultats probants liés à l’adoption de ce modèle. L’Action Tank a ensuite cherché à définir les conditions de généralisation de ce modèle à l’échelle nationale, et a modélisé les coûts évités potentiels liés à sa mise en oeuvre.

L’Action Tank a ensuite réfléchi aux conditions de mise en oeuvre du logement d’abord à l’échelle locale, et a réalisé, en partenariat avec l’Agence nouvelle des solidarités actives (Ansa), une étude de faisabilité visant à formuler des mesures concrètes, territorialisées et chiffrées pour transformer la prise en charge des personnes sans domicile à l’échelle de l’Eurométropole de Strasbourg. Publié en septembre 2018, le rapport Strasbourg, métropole logement d’abord : étude de faisabilité et propositions d’actions, propose une dizaine de mesures phares autour de l’accès au logement, de l’accompagnement et de la prévention des expulsions et des ruptures.

En mars 2018, l’Eurométropole de Strasbourg a été retenue comme territoire de mise en œuvre accélérée du logement d’abord dans le cadre d’un plan gouvernemental. L’Action Tank et l’Ansa ont contribué activement à la feuille de route élaborée par l’Eurométropole et la Ville de Strasbourg et la DDCS du Bas-Rhin, qui intègre la majorité de leurs propositions.

L’Ansa et l’Action Tank espèrent que ce rapport éclairera également les 23 autres territoires de « mise en œuvre accélérée du Logement d’abord  » soutenus par le gouvernement. En plus des mesures pouvant être adaptées à d’autres territoires, le rapport explique la méthodologie utilisée pour analyser les besoins du territoire et étudier la faisabilité des mesures.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers le rapport complet, sa synthèse, et une infographie reprenant l’essentiel des mesures proposées.

Une présentation du rapport aura lieu en octobre avec l’ensemble des partenaires de la démarche.

3 fichiers à télécharger :Synthèse_Strasbourg métropole logement d’abord_Juillet 2018Infographie_Strasbourg métropole logement d’abord_Juillet 2018Rapport_Strasbourg métropole logement d’abord_juillet 2018

Restitution du rapport « Le logement d’abord : et après? » par l’Action Tank et l’Ansa le 13 mars 2017 à la Fondation Caritas

Le logement d’abord, et après ?
Bilan et propositions pour la généralisation du logement d’abord en France

Alors que la loi pour le droit au logement opposable (Dalo) vient de fêter ses 10 ans, l’Agence nouvelle des solidarités actives (Ansa) et l’Action Tank Entreprise et Pauvreté publient, avec le soutien de la Fondation Caritas France, le rapport « Le logement d’abord : et après ? » afin de dresser un bilan et proposer des pistes concrètes pour favoriser le changement d’échelle de cette approche.

En décembre 2006, le mouvement des Enfants de Don Quichotte occupait les bords du canal Saint-Martin à Paris pour alerter l’opinion publique sur les conditions de vie des personnes sans-domicile. Cette opération a abouti à l’instauration d’un droit au logement opposable (Dalo), à la pérennisation de places d’hébergement, et, plus globalement, au lancement d’une stratégie nationale pour le « logement d’abord ».

La stratégie du « logement d’abord » visait à réorganiser le dispositif d’hébergement et d’accès au logement de manière à privilégier un accès direct à un logement ordinaire et durable, au moyen, lorsque nécessaire, d’un accompagnement adapté, ajustable en intensité et en durée. Elle s’inspirait du modèle « Housing First », né aux États-Unis à la fin des années 1980, privilégiant un accès direct au logement et un accompagnement pluridisciplinaire pour des sans-abri chroniques souffrant de troubles psychiques sévères. Cette approche remettait en cause le système d’accès au logement par paliers.

À ce stade, l’approche du « logement d’abord » a surtout été mise en œuvre dans le cadre de projets innovants et expérimentaux à petite échelle, et généralement pour des publics spécifiques. L’exemple le plus emblématique étant l’expérimentation « Un Chez-Soi d’Abord », coordonnée par la Dihal, très fidèle au modèle « Housing First » initial, qui a fait la preuve que 85% des 350 sans-abri présentant de graves troubles psychiques pouvaient se maintenir dans leur logement. D’autres initiatives se sont également développées à l’échelle locale, comme celle de l’association Visa, dans le Nord, qui a développé une formule de CHRS « hors-les-murs » permettant un accompagnement intensif dans le logement pour des personnes souffrant d’addictions.

Ces expérimentations sont des avancées très positives, qui ont confirmé les résultats observés ailleurs dans le monde. Cependant, elles restent très locales et marginales comparées aux dispositifs classiques. La question qui se pose aujourd’hui n’est plus celle de la pertinence du modèle « logement d’abord » mais sa systématisation pour les personnes aux profils les plus complexes et son élargissement à d’autres publics.

À l’échelle nationale, quelques mesures ont permis des avancées vers un accès plus direct au logement pour les sans-domicile : parmi elles, la reconquête du contingent préfectoral pour reloger ces publics, la création des SIAO pour centraliser l’offre et la demande, l’étayage de l’offre de logements accompagnés (notamment les pensions de famille). Toutefois, les mesures nationales n’ont pas toutes porté leurs fruits : la mobilisation et la production de logements sociaux adaptés est encore insuffisante ; le dispositif d’accompagnement est sous-dimensionné, éclaté entre les financeurs et les opérateurs ; la logique de parcours en « escalier » continue à prévaloir au niveau de l’orientation et de l’accompagnement des ménages. La situation est d’autant plus préoccupante que la logique de gestion de l’urgence semble s’imposer devant celle du « logement d’abord ».

La réalité pour les sans-domicile reste celle d’un accès au logement difficile, voire impossible, surtout pour les personnes les plus en difficulté. Ainsi, l’Action Tank Entreprise et Pauvreté estime qu’une personne sur 3 à la rue aujourd’hui sera encore à la rue dans 5 ans. Contrairement à sa vocation initiale, le DALO ne garantit pas un accès au logement pour tous : en 2014, 60 000 ménages restent à reloger, ayant attendu entre 1 à 7 ans pour une proposition de logement.

Dans le rapport « Le logement d’abord : et après ? » l’Ansa et l’Action Tank proposent trois actions pour favoriser le passage à l’échelle du « logement d’abord ».

→ L’expérimentation d’un accès direct au logement avec un accompagnement adapté pour un large ensemble de personnes sans-domicile, présentant des besoins diversifiés, à l’échelle d’une agglomération
→ L’accompagnement des acteurs de terrain (collectivités et opérateurs associatifs) à s’approprier les approches de type « logement d’abord »
→ L’élaboration et l’animation d’une nouvelle stratégie nationale de « logement d’abord »

En alliant des politiques nationales et une mobilisation des territoires, la relance du « logement d ‘abord » permettra une transformation de la prise en charge des personnes sans-domicile et rendra effectif le droit au logement.

Contacts presse

Pour recevoir le rapport et s’inscrire à la conférence : Marion PRIGENT, chargée de communication à l’Ansa – marion.prigent@solidarites-actives.com – 01 70 36 43 44

Pour en savoir plus sur le rapport :
Ben RICKEY, responsable de projet à l’Ansa – ben.rickey@solidarites-actives.com – 01 70 36 43 45
Guillaume GINEBRE, chef de projet à l’Action Tank Entreprise et Pauvreté – gginebre@at-entreprise-pauvrete.org – 09 82 40 98 80
Claire LOT, chef de projet à l’Action Tank Entreprise et Pauvreté – clot@at-entreprise-pauvrete.org – 09 82 40 98 80

2 fichiers à télécharger :Ansa_AT_LogementDabord_CPAnsa_AT_Logementdabord_Rapport_2017_VF

Global Social Business Summit 2015

L’Action Tank a participé les 4 et 5 novembre 2015 à la 7ème édition du Global Social Business Summit (GSBS), à Berlin.

Le GSBS est le forum mondial des acteurs du social business. Il réunit des représentants du monde de l’entreprise, de la société civile, ainsi que des acteurs publics et des chercheurs autour de conférences et de workshops. Cet événement annuel est organisé par le prix Nobel Muhammad Yunus et son conseiller Hans Reitz.

L’Action Tank a été largement associé à l’organisation de ce GSBS en participant à une session plénière intitulé «The Inspiration», au cours de laquelle Emmanuel Faber et Martin Hirsch, ses co-présidents et fondateurs, Bénédicte Faivre-Tavignot, responsable de la Chaire « Social Business-Entreprise et Pauvreté » à HEC, et Jacques Berger, son directeur, sont revenus sur les conditions de sa création, la singularité de son mode d’action, et les facteurs clés de la réussite de ses projets, devant une audience internationale de plus de 500 personnes. Les différentes entreprises partenaires de l’Action Tank ont ensuite apporté leur témoignage sur les raisons de leur engagement dans les projets de social business, et leur vision de l’Action Tank pour le futur.

Le GSBS a aussi été l’occasion pour les partenaires de la délégation de nouer de nombreux contacts avec des interlocuteurs étrangers intéressés par le modèle de l’Action Tank et désireux de monter des projets similaires dans leur propre pays.