En bref

L’enjeu

Le GRESEL (Groupe de Réflexion sur la Sécurité Electrique du Logement) estime que les installations électriques de près de la moitié des logements anciens, soit 7 millions de logements, ne répondent plus aujourd’hui aux règles élémentaires de sécurité. Plus de la moitié des logements en France ont été construit avant 1972, dont une partie, moins entretenue, moins surveillée, sinon dégradée, ne répond plus aux règles élémentaires de sécurité aujourd’hui.

L’insécurité électrique est pourtant un sujet méconnu, sinon ignoré, du fait de l’absence de risque immédiat perçu, qui dépriorise la mise en sécurité électrique parmi les dépenses auxquelles doit faire face tout ménage. Ce phénomène est encore plus marqué parmi les populations aux budgets déjà très contraints, donc parmi les premiers déciles de revenus dans la population.

Du fait de sa corrélation à l’âge du bâti, l’insécurité électrique est également liée à la problématique de précarité énergétique qui touche 3,4 millions de ménages en France en 2018 (d’après le taux d’effort énergétique constaté), soit 11,7% des ménages.

Confort thermique, maîtrise des factures énergétique et sécurité électrique du logement concourant à une même problématique de confort dans le logement, il convient d’adresser ce sujet globalement, à travers un nouveau projet d’offre à destination des ménages les plus en difficulté pour réaliser des travaux et remplacements d’équipements nécessaires.

L’offre proposée

L’offre, aujourd’hui en cours de design, vise à faciliter non seulement le diagnostic d’une situation d’insécurité électrique, mais aussi la réalisation de travaux d’amélioration de la sécurité électrique du logement. Le périmètre de l’offre, à l’étude, pourrait inclure :

  • le changement du tableau électrique
  • le changement des prises et interrupteurs
  • la vérification des liaisons électriques et de la mise à la terre
  • mais également d’éventuels « add ons » favorisant le confort du logement, tel que de la domotique ou des équipements de chauffage plus performants et fiables.

Des prescripteurs sont à identifier parmi les organisations au contact des questions de logement et d’amélioration du logement de ménages en difficulté, ou n’ayant pas les ressources disponibles nécessaires à la réalisation de travaux d’amélioration de la sécurité.

Parmi les autres partenaires clés à embarquer dans le projet, nous comptons les réseaux de distribution des équipements électriques, mais aussi et surtout les installateurs électriciens, maillon essentiel à la réalisation des travaux, les équipements électriques de Schneider Electric n’étant qu’une partie de la solution qui sera forcément multi-partenariale.

L’offre pourra également être complétée par une actions de sensibilisation autour de la sécurité électrique des logements.

Les partenaires du programme

En savoir plus

Le GRESEL (Groupe de Réflexion sur la Sécurité Electrique du Logement) estime que les installations électriques de près de la moitié des logements anciens, soit 7 millions de logements, ne répondent plus aujourd’hui aux règles élémentaires de sécurité. Plus de la moitié des logements en France ont été construit avant 1972, dont une partie, moins entretenue, moins surveillée, sinon dégradée, ne répond plus aux règles élémentaires de sécurité aujourd’hui.

L’insécurité électrique est pourtant un sujet méconnu, sinon ignoré, du fait de l’absence de risque immédiat perçu, qui dépriorise la mise en sécurité électrique parmi les dépenses auxquelles doit faire face tout ménage. Ce phénomène est encore plus marqué parmi les populations aux budgets déjà très contraints, donc parmi les premiers déciles de revenus dans la population.

Du fait de sa corrélation à l’âge du bâti, l’insécurité électrique est également liée à la problématique de précarité énergétique qui touche 3,4 millions de ménages en France en 2018 (d’après le taux d’effort énergétique constaté), soit 11,7% des ménages.

Confort thermique, maîtrise des factures énergétique et sécurité électrique du logement concourant à une même problématique de confort dans le logement, il convient d’adresser ce sujet globalement, à travers un nouveau projet d’offre à destination des ménages les plus en difficulté pour réaliser des travaux et remplacements d’équipements nécessaires.

L’offre, aujourd’hui en cours de design, vise à faciliter non seulement le diagnostic d’une situation d’insécurité électrique, mais aussi la réalisation de travaux d’amélioration de la sécurité électrique du logement. Le périmètre de l’offre, à l’étude, pourrait inclure :

  • le changement du tableau électrique
  • le changement des prises et interrupteurs
  • la vérification des liaisons électriques et de la mise à la terre
  • mais également d’éventuels « add ons » favorisant le confort du logement, tel que de la domotique ou des équipements de chauffage plus performants et fiables.

Des prescripteurs sont à identifier parmi les organisations au contact des questions de logement et d’amélioration du logement de ménages en difficulté, ou n’ayant pas les ressources disponibles nécessaires à la réalisation de travaux d’amélioration de la sécurité.

Parmi les autres partenaires clés à embarquer dans le projet, nous comptons les réseaux de distribution des équipements électriques, mais aussi et surtout les installateurs électriciens, maillon essentiel à la réalisation des travaux, les équipements électriques de Schneider Electric n’étant qu’une partie de la solution qui sera forcément multi-partenariale.

L’offre pourra également être complétée par une actions de sensibilisation autour de la sécurité électrique des logements.

La phase de montage du pilote n’est pas encore lancée.