En bref

L’enjeu

En France, 12% des ménages déclarent être en situation d’insécurité alimentaire et ne pas avoir assez d’argent pour acheter des produits alimentaires de base et préparer des repas équilibrés[1].

L’alimentation reste un marqueur social, notamment en termes de :

  • Budget : les dépenses alimentaires représentent 19% du budget des ménages les plus modestes, contre 14% pour les ménages les plus aisés[2]
  • Consommation : les ménages modestes consomment notamment moins de fruits et légumes, plus de produits sucrés, et d’une manière générale moins de produits de qualité (produits bio, équitable, etc.)

Ces difficultés d’accès à une alimentation saine ont des conséquences la santé (maladies chroniques, obésité).

Comment rendre accessible une alimentation de qualité et faciliter un meilleur équilibre nutritionnel ?

 [1] Étude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3), ANSES, juin 2017 [2] INSEE, 2013, « Les comportements de consommation en 2011 »

La démarche proposée

L’environnement joue un rôle majeur sur les choix alimentaires, incitatif ou dissuasif. L’individu achète et consomme essentiellement les aliments qui se trouvent dans son environnement proche (domicile, écoles, lieux de travail, restaurants, supermarchés, etc.).

Deux projets sont en cours de développement par nos partenaires en réponse à ces enjeux :

  • Veolia : implantation d’une ferme en micro-maraîchage bio-intensif dans un quartier populaire à Lille, avec une volonté initiale de l’inscrire dans un écosystème alimentaire global constitué d’une légumerie et d’une cuisine/restaurant de quartier.
  • Sodexo : développement d’un atelier maraîcher ancré dans un quartier en Seine-Saint-Denis, constitué d’une légumerie, d’une crèche et d’un espace de cohésion sociale autour des enjeux d’alimentation, de santé et d’emploi.

Le(s) partenaire(s) du programme

En savoir plus

En France, 12% des ménages déclarent être en situation d’insécurité alimentaire et ne pas avoir assez d’argent pour acheter des produits alimentaires de base et préparer des repas équilibrés[1].

L’alimentation reste un marqueur social, notamment en termes de :

  • Budget : les dépenses alimentaires représentent 19% du budget des ménages les plus modestes, contre 14% pour les ménages les plus aisés[2]
  • Consommation : les ménages modestes consomment notamment moins de fruits et légumes, plus de produits sucrés, et d’une manière générale moins de produits de qualité (produits bio, équitable, etc.). Ainsi 53% des ménages modestes déclarent avoir des difficultés financières pour consommer des fruits et légumes tous les jours, contre 27% pour le reste des français [3]

Ces difficultés d’accès à une alimentation saine ont des conséquences la santé, via le développement de maladies chroniques telles que l’obésité.

Il est important de rappeler que le prix reste le premier critère de choix de l’alimentation pour 3 Français sur 4[4], et que l’environnement joue un rôle majeur sur les choix alimentaires, incitatif ou dissuasif. L’individu achète et consomme essentiellement les aliments qui se trouvent dans son environnement proche (domicile, écoles, lieux de travail, restaurants, supermarchés, etc.).

[1] Étude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3), ANSES, juin 2017 [2] INSEE, 2013, « Les comportements de consommation en 2011 » [3] Baromètre Ipsos-Secours Populaire, 2018 [4] Les Français et leur budget dédié à l’alimentation, Baromètre OpinionWay pour SOFINCO, 2013

L’environnement joue un rôle majeur sur les choix alimentaires, incitatif ou dissuasif. L’individu achète et consomme essentiellement les aliments qui se trouvent dans son environnement proche (domicile, écoles, lieux de travail, restaurants, supermarchés, etc.).

Deux projets sont en cours de développement par nos partenaires en réponse à ces enjeux :

  • Veolia : implantation d’une ferme en micro-maraîchage bio-intensif dans un quartier populaire à Lille, avec une volonté initiale de l’inscrire dans un écosystème alimentaire global constitué d’une légumerie et d’une cuisine/restaurant de quartier.
  • Sodexo : développement d’un atelier maraîcher ancré dans un quartier en Seine-Saint-Denis, constitué d’une légumerie, d’une crèche et d’un espace de cohésion sociale autour des enjeux d’alimentation, de santé et d’emploi.

Ferme en micro-maraîchage bio-intensif dans un quartier populaire à Lille

L’Action Tank a contribué à l’étude du modèle économique de la ferme permettant de rendre accessible une partie de la production de fruits et légumes aux habitants du quartier tout en conservant la pérennité du modèle économique. Après avoir analysé les habitudes alimentaires des habitants et travaillé sur l’adaptation du plan de production de la ferme, nous concluons finalement qu’à ce stade, l’agriculture urbaine marchande ne permet pas de rendre accessible la consommation de fruits et légumes aux populations modestes, à grande échelle (technique manuelle valorisée pour des cultures à forte valeur ajoutée et non sur la production de fruits et légumes de consommation courante).

 

Atelier maraîcher en Seine-Saint-Denis

L’Action Tank a participé au cadrage de la programmation de l’espace de cohésion sociale, destiné à accueillir des activités autour de 3 impacts en cohérence avec les ambitions du groupe Sodexo et les besoins du territoire :

  • Retour à l’activité économique locale
  • Santé par l’alimentation équilibrée
  • Cohésion sociale

Le projet se concrétise avec le dépôt d’un permis de construire sur une commune de la Seine-Saint-Denis.

 

Changement des pratiques alimentaires

Le changement de pratiques alimentaires doit s’envisager au-delà de l’argument du prix ou de l’accès. L’Action Tank a dressé un panorama des initiatives qui adressent cette question pour les ménages modestes, intervenant sur différents types d’environnements, plus ou moins proches de l’individu.

Les initiatives qui ont fait leurs preuves semblent ainsi s’appuyer sur 3 conditions de réussite :

  • Approche sensorielle et concrète : cuisiner, jardiner, …
  • Dynamique collective : créer une communauté pour partager les savoirs entre pairs
  • Argument santé des enfants : cibler l’alimentation familiale via le prisme de la santé des enfants